SURDITÉ PROGRESSIVE AVEC L'ÂGE: EST-CE INÉVITABLE?

  • user warning: Table './drupal_tuner/comments' is marked as crashed and should be repaired query: SELECT COUNT(*) FROM comments c WHERE c.nid = 4713104 AND c.status = 0 in /srv/www/www3.siba.fi/modules/comment/comment.module on line 992.
  • user warning: Table './drupal_tuner/comments' is marked as crashed and should be repaired query: SELECT c.cid as cid, c.pid, c.nid, c.subject, c.comment, c.format, c.timestamp, c.name, c.mail, c.homepage, u.uid, u.name AS registered_name, u.signature, u.signature_format, u.picture, u.data, c.thread, c.status FROM comments c INNER JOIN users u ON c.uid = u.uid WHERE c.nid = 4713104 AND c.status = 0 ORDER BY c.thread DESC LIMIT 0, 50 in /srv/www/www3.siba.fi/modules/comment/comment.module on line 992.
No replies
Anonyymi

Avec l’âge, tous nos organes vieillissent, et les cellules de l’oreille interne n’y échappent pas. C’est un processus complètement normal qui touche tout le monde, bien que certaines personnes soient affectées par la surdité progressive plus tôt et plus rapidement que d’autres.

Un processus graduel et normal

La perte d’audition, la plus communément observée, liée à l’âge est la « presbyacousie » qui se caractérise par un développement lent et graduel. Les sons aigus sont moins bien perçus, ce qui provoque des confusions dans la compréhension des mots et des consonnes. Quant à eux, les sons graves sont mieux audibles.

Les statistiques prouvent bien l’aspect graduel de la presbyacousie. Au Canada, le taux de perte auditive moyenne augmente avec l’âge « allant d’au plus 10% chez les personnes de moins de 50 ans à 65% chez les 70 à 79 ans »*. Il est donc tout à fait normal d’être touché par la surdité après un certain âge bien que d’autres éléments entrent en jeu quand il s’agit de la diagnostiquer. En effet, l’hérédité, l’état de santé, l’exposition fréquente à du bruit peuvent accélérer le vieillissement de l’oreille interne et les effets de la presbyacousie, par exemple.

Malgré l’importance de l’audition au quotidien et le grand nombre de personnes touchées par la perte auditive, celle-ci est souvent non reconnue et insuffisamment traitée. La surdité liée à l’âge non diagnostiquée peut mener à de l’isolement social, une réduction de la mobilité, un sentiment d’insécurité, en bref, une détérioration de la qualité de vie. Aucune raison de paniquer, il suffit d’avoir les bons réflexes pour reconnaître la surdité progressive et bien vivre avec.

Les bons réflexes

On conseille d’abord d’être à l’écoute de son corps et de faire preuve de vigilance face aux changements dans son audition. Si on a de plus en plus de difficulté à suivre une conversation sans faire répéter son interlocuteur, ou qu’on se surprend à augmenter de plus en plus le volume de sa télévision, il serait sage de consulter un professionnel de l’audition, surtout si on a plus de 60 ans. Celui-ci saura poser un diagnostic et proposer différentes solutions selon le type et le degré de surdité diagnostiqué.

On recommande également d’en parler avec son entourage. Cela peut sembler malaisant pour certaines personnes, mais il suffit de se rappeler qu’il s’agit d’un phénomène normal pour aller au-delà de cette gêne. Que ce soit au sein de sa famille, de ses amis, au travail ou encore avec les employés d’un magasin ou d’un restaurant, aviser de son trouble de l’audition permet d’éviter des malentendus ou situations délicates, mais aussi de pouvoir compter sur l’attitude compréhensive de ses interlocuteurs.

Une fois ces gestes posés, on se rend compte qu’avec un diagnostic professionnel, il est tout à fait possible de bien vivre, et bien vieillir, avec ce petit handicap.

Des solutions pour bien vieillir

Chaque cas de surdité est unique, et seul un examen de l’audition peut déterminer le traitement approprié pour chaque personne. Il est recommandé de ne pas tarder avant d’aller consulter un professionnel, car les zones cognitives destinées à la transmission des sons ont tendance à s’atrophier quand https://www.lescentresmasliah.com - https://www.lescentresmasliah.com elles ne sont pas stimulées pendant longtemps. Un diagnostic précoce et un appareillage personnalisé permettent d’éviter un vieillissement prématuré des neurones dans ces zones cognitives liées à l’audition.

Qu’ils soient intra-auriculaires ou en mini contour d’oreille, ces appareils sont aujourd’hui très faciles à porter, même pour les plus réticents. De plus, les différents niveaux de technologie disponibles permettent de proposer des appareils plus ou moins ajustables selon le degré de confort et le besoin de chacun. L’adaptation à ces nouveaux outils peut prendre quelques semaines, mais les bienfaits s’en ressentent très vite, et le sentiment de redécouvrir son univers sonore en vaut l’effort.

*Source: Taux de perte auditive chez les Canadiens de 20 à 79 ans : résultats audiométriques de l'Enquête canadienne sur les mesures de la santé de 2012-2013, Statistiques Canada